Suzane

Musique
Nommée dans la catégorie "Révélation scène", Conférence de presse des 35èmes Victoires de la Musique 2020, Casino de Paris (Paris)
13 janvier 2020


Nous sommes en Avignon en 1997, Suzane n’a pas encore enlevé un N au prénom de sa grand-mère et s’appelle Océane Colom. Elle débute ses dix ans de cours de danse classique et le samedi matin elle regarde Hit Machine qui reçoit Mylène Farmer. Ce jour-là, elle se tourne vers sa mère et lui dit très tranquillement « Plus tard, je serai elle ».
Jamais de mensonge chez Suzane, mais de la détermination et de la créativité.
A la façon d’Uma Thurman en jaune dans Kill Bill, lorsqu’elle, elle revêt sa combinaison bleue/blanche mix assumé de Bruce Lee, Elvis Presley et de Louis XIV (sic) elle est elle-même.
Prête à bouffer la terre entière à commencer par la scène qu’elle avale seule, pas de sabre ici mais des machines et un talent chorégraphique tout en saccades qui crève les yeux.
Suzane n’a pas été bien longtemps le secret le mieux gardé des programmateurs puisqu’elle fut l’artiste la plus programmée dans les festivals de France à l’été 2019. Prochaine étape parisienne le Trianon le 26 mars. Valentin Marceau l’accompagne à la réalisation depuis son EP jusqu’à cet album sorti le 24 janvier.
Un album qui parle en punchline avec des mots précis, des mots forts, des mots justes de l’époque que nous vivons. Peu d’artistes mettent en chansons le climat social et météorologique aussi bien qu’elle. On y retrouve le plus perso « Suzane », son CV musical comme l’ont fait avant elle Aznavour « Je me voyais déjà » ou Balavoine « Le chanteur ».
Son album se nomme « Toï Toï », c’est ce que l’on se dit en Allemagne à la place de notre M*** bien français. Alors Suzane un gros ToÏ Toï pour ta première apparition aux Victoires de la Musique. Pas la dernière !