Suivez-nous

L’actualité culturelle photographiée : musique, théâtre, danse, portraits…

Interviews vidéos et sessions acoustiques

March Mallow

7/5/2024

Nouvel album “The Silence” (Abrazik – Absilone) (Disponible)

Formé en 2018 dans la campagne sarthoise, March Mallow nait de la rencontre entre la chanteuse Astrid Veigne, le guitariste Eric Doboka et le pianiste Christian d’Asfeld qui partagent un amour commun pour un répertoire emprunt de blues et de jazz des années 40/50. Inspiré par Nat King Cole, T Bone Walker et Billie Holiday entre autres, le trio remet en lumière cette époque étincelante en s’inspirant aussi d’artistes pop et soul d’aujourd’hui. En studio, March Mallow utilise un micro à ruban stéréo apparu dans les années 30 dont la sonorité naturelle était la référence en radio, cinéma et studio d’enregistrement. Le mixage se fait comme pour un orchestre classique, par une disposition adéquate des musiciens dans la salle pour retrouver l’âme, le son organique et la spontanéité. Le trio devient quartet avec l’arrivée de Thomas Plès à la contrebasse pour l’enregistrement d’un 1er album intitulé « A Journey In Time » sorti en 2020 qui a séduit la critique par son élégance naturelle et sa justesse de ton.

Avec « The Silence » qui propose 8 compositions originales et 2 reprises, March Mallow développe un nouveau son grâce à l’arrivée du saxophoniste, Cédric Thimon, le batteur Alexandre Berton, et le trompettiste, Jean-Pierre Derourad. Enregistré et mixé au studio “La boite à meuh” dans la Sarthe, ce 2ème album est réalisé sous la houlette de Frédéric Mateu qui officie comme ingénieur du son. Un point d’honneur est mis sur les prises d’enregistrement en live et sans retouche.

De « Bo Jungle », véritable transe musicale avec son riff de piano au swing de « Dreaming Love » soutenu par ce saxophone qui apporte une couleur inhabituelle, au « I Put A Spell On You » de Screaming Jay Hawkins au son plus brutal, March Mallow maitrise parfaitement son sujet porté par le chant à fleur de peau de Astrid. Puis « Mr Bojangles » écrit par Jeff Walker fait la part belle à une guitare tout en reverb sous influence Marc Ribot qui alimente une atmosphère plus folk pour s’enchainer à merveille avec le tempo rapide de « Peaceful Place ». Avec son rythme up tempo « Fool’s Train » invite à nouveau à la danse grace à son énergie proche d’un big band alors que « Les Couleurs » et « Simplement », les 2 titres en français, mettent aussi en évidence les qualités melodiques de March Mallow qui crée une passerelle émotionnelle entre sonorités jazz et blues. Ainsi les époques se mêlent, les prises de conscience s’entrelacent avec un sens inné du swing.

March Mallow