-M- (Mathieu Chedid)

Musique
"Rita ! Une Fête aux Rita Mitsouko", Théâtre du Rond-Point (Paris)
4 février 2016


Festival Touche Française #2 - Au Théâtre du Rond-Point (Paris) du 4 février au 6 février 2016

Ils manquaient au Rond-Point, les auteurs vivants de la chanson, les compositeurs et paroliers. Les interprètes de cet art majeur aujourd'hui si riche et foisonnant. De la chanson à tous les étages et dans toute sa diversité. Touche Française a initié avec succès ce festival l’an dernier, avec la complicité de François Bernheim et de la web radio PiiAF. Avec sept concerts en deux jours, le Rond-Point est devenu une plateforme pour la diversité des créations musicales.

Nous avons renouvelé l’événement cette saison avec le concours d’Olivier Poubelle, directeur d’Astérios Spectacles. Pour Jean-Michel Ribes et Olivier Poubelle, Touche Française édition 2016, festival tout en musiques et en paroles, devait s’interroger sur la désobéissance appliquée à la chanson. Il s’agissait donc de programmer des artistes qui tentent encore de parler du monde dans lequel ils vivent, que leur regard soit fantaisiste ou sombre, inquiet ou généreux. De proposer ainsi un rendez-vous qui s’inscrit dans l’identité singulière du Rond-Point, une fête où se croisent les découvertes et les références, les grands artistes de la chanson francophone et ses nouvelles voix.

Durant trois soirs du Jeudi 4 au Samedi 6 Février 2016, Touche Française #2 a proposé dix concerts dont une création avec près de 10 artistes autour du répertoire des Rita Mitsouko, groupe emblématique et « insoumis. »

Rita ! Une fête aux Rita Mitsouko

CongopunQ réinvente le répertoire du groupe mythique, invite des artistes à reprendre les chansons connues et moins connues.
Avec la complicité de -M- Matthieu Chedid, Izia, Luce, Pablo Padovani (Moodoïd), Adrienne Pauly, Nosfell, Olivia Ruiz, Sabina Sciubba.
Dans la famille « agités de la sono bancale », les Rita Mitsouko ont fait deux petits CongopunQ, frères Marx de la transe, à dada sur le happening permanent. Côté Rita ou côté Congo, les joueurs de bonneteau musical volent aux gogos des pas de danse sur les rengaines cool frénétique des faubourgs de Paris, Londres ou Kinshasa.
Et les Ritas ? No Comprendo ! CongopunQ (et invités) leur rendent un hommage duos à dos, avec air de guignols électriques et groove décalé mais pas coupé. Sainte Rita, pas Sainte Nitouche. Chez les « dis-moi oui », on touche les chansons du patrimoine avec la langue et les doigts impudiques du grand détournement pop. C’est comme ça.
Francois-Regis Levol

Coproduction Théâtre du Rond-Point, Astérios Spectacles, avec le soutien de l’Adami.

Site officiel